Social Media Manager : avant de publier, respecter un circuit de validation

Il nous est plusieurs revenu d’assister à des buzz sur des publications faites par des institutions (publiques et privées) comportant des erreurs si évidentes qu’on ne comprend pas comment elles ont pu atterrir sur Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn, etc. En revanche, ces genres d’erreurs, vous ne les verrez pas ; sinon c’est extrêmement rares pour d’autres institutions de les commettre. 

Pourquoi donc d’un côté, l’on fait des erreurs sur les publications et chez d’autres pas. 

La raison est simple. Elle tient de la chaine de validation du message. Le Social Media Manager a entre autres pour rôles la création de contenu (texte, images, vidéos, etc.) en fonction de ses compétences. Cependant, il ne faudrait pas laisser le Social Media Manager être le seul à créer, valider et publier le contenu.

Social Media Manager

Mes recommandations, c’est de toujours avoir un circuit de validation en fonction de l’organisation de chaque entreprise :

  • L’initiateur : il peut être toute personne au sein de l’organisation qui souhaite passer un message sur la fenêtre Social Media de l’entreprise ou de l’institution
  • Le porteur du projet : c’est le Social Media Manager. Il peut être aussi l’initiateur. Responsable de la gestion des comptes Social Media de l’entreprise, il est en charge d’organiser et de planifier les publications.
  • Le premier niveau de validation : c’est le supérieur hiérarchique du Social Media Manager. Il s’appelle Responsable Communication, Brand Manager, Chef de Service Communication, etc. ; selon l’organisation de chaque entreprise
  • Le dernier et niveau final de validation : c’est généralement le Directeur Marketing, Directeur de la Communication, le Directeur de la Communication et du Presse Ministérielle, etc. selon toujours la structure organisationnelle de chaque entreprise.

Le porteur du projet, le Social Media Manager en l’occurence doit suivre tout le circuit de validation. Les images, les vidéos, les textes et tout type de contenu doit avoir toutes les validations avant d’être publiées. Les validations peuvent se faire au bureau pour les publications connues et planifiées à l’avance. Une date évènement comme le 4 août est connu de tous et le message peut être prêt 3 mois à l’avance. Mais lorsqu’il s’agit d’un évènement assez urgent et inattendu nécessitant une publication à chaud, les canaux de communication digitale doivent être utilisés : emails, WhatsApp, SharePoint, etc. En aucun cas, une publication, même spontanée ne devrait être faite sans être passer par ces filtres qui permettent non seulement d’affiner la qualité du contenu ; mais aussi de corriger les fautes. Il est notoire que lorsqu’on lit un texte à plusieurs reprises, à un moment donné, on ne lit plus. On récite simplement et dans ce cas, on ne peut repérer les éventuelles erreurs et subtilités. 

Les médias sociaux offrent de la spontanéité et de la facilité de partage de contenus. Cependant, les méthodes de travail en la matière doivent être rigoureuses : vérifier, corriger, valider avant de publier. Si votre organisation n’a pas encore de circuit de validation des publications, il faudrait le mettre en place.

A lire aussi Introduction au Marketing Digital

Boukary Zorom

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s