L’incroyable histoire d’Hedy Lamarr, l’inventrice du Wi-Fi

Née en 1914 en Autriche, Hedy Lamarr était actrice de cinéma avant de devenir inventrice. Malheureusement, elle ne fut reconnue que très tardivement pour son travail qui a notamment aidé l’armée américaine, mais aussi posé les bases de la technologie du Wi-Fi.

On l’utilise tous les jours et pourtant, peu de gens savent qui a inventé le Wi-Fi, ce réseau sans fil qui nous permet aujourd’hui de communiquer en ligne avec un ordinateur portable, un smartphone ou n’importe quel objet connecté. À l’origine de cette révolution, il y a une femme, Hedy Lamarr, connue en grande partie pour ses talents d’actrice.

Une actrice de renom

Elle a d’abord fait ses premiers pas au cinéma en Autriche, dans son pays d’origine, avant de partir en Allemagne en 1930. À cette époque, l’Allemagne était la capitale européenne du cinéma. Considérée comme l’une des plus belles femmes du cinéma de l’époque, elle y vit et y travaille pendant plusieurs années, mais sa carrière et sa popularité l’amènent à dîner à plusieurs reprises avec Adolph Hitler et Benito Mussolini.

La jeune femme, de confession juive, prend peur face aux discours de ces deux hommes et s’enfuit de l’Allemagne. Elle voyagea un peu en Europe avant de tenter sa chance aux États-Unis où elle rencontra un immense succès.

La Seconde Guerre mondiale et ses inventions militaires

Passionnée de science, sa rencontre avec le compositeur George Antheil fut décisive pour l’actrice. Ce musicien et inventeur avait mis au point un système qui lui permettait de synchroniser divers instruments et d’organiser des sauts de notes dans le cadre de son “Ballet mécanique“.

Une prouesse qui reposait sur un système de cryptage indéchiffrable inscrit sur des rouleaux de papiers à musique miniatures qui lui permettaient de synchroniser ses instruments. En découvrant cette invention, Hedy Lamarr souhaite l’adapter pour les communications militaires. Elle souhaitait utiliser ce système de cryptage pour contourner le problème du brouillage des communications entre une torpille radioguidée et un bateau orchestré par les Allemands. Son idée était de permettre la communication entre les deux en effectuant des sauts de fréquences.

Malheureusement, après avoir expliqué son invention à l’armée, celle-ci la juge idiote, mais la classe tout de même secrète pendant 17 ans. En 1959, l’invention d’Hedy Lamarr et George Antheil est enfin déclassifiée et sera même utilisée quelques années plus tard, en 1962, dans le cadre du débarquement américain à Cuba, l’épisode de la Baie des Cochons. Malgré l’intérêt notable de l’invention de l’Autrichienne, ce n’est qu’en 1997 que les États-Unis remercieront Hedy Lamarr pour avoir mis au point le saut de fréquence.

Une reconnaissance tardive, après avoir plongé dans l’alcoolisme et avoir été obligée de voler pour survivre, Hedy Lamarr est morte de faim en 2000, à 86 ans dans un anonymat relatif.

Reconnaissance posthume

Ce n’est que récemment que son histoire a été révélée au grand public grâce au documentaire « Heddy Lamarr from extase to wifi », d’Alexandra Dean, sorti en 2017. La réalisatrice retrace la vie hors du commun de cette femme, en tant qu’actrice, mais aussi en tant qu’inventrice de talent.

Étalement de spectre par saut de fréquence, ancêtre du Wi-Fi

Hedy Lamarr n’a pas inventé à proprement parler le Wi-Fi, mais son invention a apporté les bases. Le saut de fréquence est encore aujourd’hui utilisé dans certaines liaisons chiffrées militaires, mais aussi dans la téléphonie mobile, pour le positionnement par satellite et les communications des navettes spatiales avec la Terre.

Lors de la déclassification du brevet des deux inventeurs, les constructeurs de matériels de transmission se sont basés dessus pour développer des moyens de communication. Dans les années 80, les téléphones portables ont énormément profité de cette invention.

Plus tard encore, l’étalement de spectre par saut de fréquence a été utilisé dans les premiers standards du Wi-Fi, la norme 802.11. Le principe du FHSS – pour frequency-hopping spread spectrum – était que le système permettait de transmettre des signaux qui partageaient des bandes de fréquences avec d’autres types de transmissions. Un signal était émis successivement sur un canal puis sur l’autre pendant une courte période. Dans le cas du Wi-Fi, le FHSS était utilisé pour réduire les interférences entre les transmissions des diverses stations. Paradoxalement, dans le cas du Wi-Fi, les fréquences utilisées par intermittences étaient connues des stations afin de permettre la transmission du signal.

Aujourd’hui, le Wi-Fi utilise d’autres méthodes de codage sans « saut de fréquence » qui permettent des débits plus élevés.

La source

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s