Burkina Faso. Danger de la circulation en ville et hors agglomération : 3 actions concrètes à mettre en œuvre pour sauver des vies

Les statistiques sur les décès liés à des poids lourds en zone urbaine ou à l’excès de vitesse de véhicules de transports en commun sur les voies interurbaines donnent froid au dos. Dans la ville de Ouagadougou, en l’espace d’une semaine, 2 élèves de 16 et 17 ont perdu la vie suite à des accidents avec des poids lourd en heure de pointe. Puis s’en sont suivis d’autres accidents mortels du même genre ; sans compter bien d’autres accidents qui ont lieu avant cela. 

L’homme naît bon ! C’est la société qui le change. Mais c’est conscient de cela que la société a mis des règles qu’on appelle lois ; afin de contraindre l’homme à rester ou à se forcer à être bon parce qu’il vit avec d’autres hommes. Ne dit-on pas que la liberté c’est la responsabilité. Cependant, la loi ne prévient pas nécessairement le crime mais il punit le crime. Mais la punition ne peut se faire que lorsque les preuves sont correctement défendues devant dans le juge. 

Malheureusement à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Ouahigouya et d’autres grandes villes du Burkina, malgré les interdictions, malgré la désapprobation générale de la population, des chauffeurs trouvent le moyen de circuler avec des camions poids lourds en heure de pointe ; sur des routes non-autorisées nous mettant tous à risque. Il y’a toujours des chauffeurs de cars de transports interurbains qui continuent à faire de la vitesse ou à conduire dangereusement aux risques des vies qu’ils transportent. Je précise « chauffeurs » parce que très souvent, le propriétaire même ne sait pas réellement ce que font ses chauffeurs sur la route.

Mais pourquoi continuent-ils à le faire ? Pour moi la raison est simple. En espérant ne pas être pris par la Police ou toute autre force de contrôle ; et en espérant arriver à bon port sans accident. Et c’est normal ! On ne pourra pas mettre assez de Policiers, Militaires, Gendarmes, VADS, Koglewéogo (permettez que je les cite aussi lol) pour appréhender tous ces « inconscients » qui nous mettent en danger. 

Comme je le dis souvent, on ne peut pas mettre les œufs et les cailloux dans le même panier. Sur le chemin, il y aura forcément de la casse. 

Mon préambule aussi est long dèh ! Venons aux propositions. 

Pour moi, il faut faire appel à la veille et la contribution populaire pour éradiquer ce fléau (oui je pèse le mot en parlant de fléau car ca tue).

Simulation panneau en agglomération

Solution 1: un numéro vert pour dénoncer de façon anonyme

Le fonctionnement de ce numéro vert, gratuit par appel et par SMS éventuellement est très simple. Lorsqu’un usager ou un riverain voit un poids lourd qui circule à une heure et sur une voix non autorisée, il appelle, donne le numéro de plaque, décrit le véhicule (marque, couleur, taille, etc.), la direction prise. Ainsi, la police pourra vite interpeller et mettre hors d’état de nuire la personne ou au besoin, l’interpeller plus tard. Ce numéro vert peu être aussi contacté en cas de chauffeur de transport en commun indélicat ou tout autre conducteur sur les routes interurbaines. Par exemple, si vous voyagez avec un car et il fait de l’excès de vitesse, vous pouvez signaler tranquillement par SMS. La vie est précieuse et il faut la préserver. 

Solution 2 : un numéro WhatsApp

Un numéro WhatsApp ou un formulaire en ligne avec quelques informations de base à fournir : une photo du véhicule de préférence avec sa plaque d’immatriculation, une brève description et hop, le dangereux est « dans pain ». Cette solution donne l’avantage de fournir des informations visuels (photos ou vidéos).

Solution numéro 3 : les médias sociaux

Aujourd’hui sur les médias sociaux, il y a toutes les formes de dénonciation. Au Sénégal par exemple, il y a une page Facebook qui s’appelle littéralement « Luttons contre l’indiscipline au Sénégal ». L’administrateur de la page publie les photos d’actes d’incivisme et d’indiscipline et nul besoin de dire que personne ne veut voir sa photo sur cette page. Aujourd’hui, Facebook et les autres médias sociaux regorgent de nombreux activistes et à mon avis, de l’activisme dans ce domaine sera fortement positif.

Page Facebook – Luttons contre l’indiscipline au Sénégal

Solution numéro 4 : les caméras de surveillance.

J’avoue que moi-même je ne suis pas très convaincu de cette solution mais comme l’adage le dit, quand on se noie, on s’accroche à tout ce qu’on peut trouver. Donc, est-ce que les caméras de surveillance un peu partout à Ouagadougou ne peuvent pas servir en partie à cette cause aussi ?

Cependant, il ne suffira pas de mettre en place ces différentes solutions. Il faut communiquer efficacement

  • Grand panneau d’affichage (en marketing nous on appelle ça billboard),
  • Diffusion radio, télé, etc.
  • Affichage dans les gares
  • Affichage dans les cars de transports en commun
  • Communiquer sur les médias sociaux
  • Etc.
Simulation panneau géant en hors-agglomération

J’ai commencé à rédiger l’article il y a environ une semaine (mais c’était dans mes brouillons ; c’est ça aussi la magie du Blog). Et j’ai justement été content d’entendre M. Le Maire, M. Armand Beouindé avant-hier dans l’émission Le Tribunal de l’Actualité sur 3TV dire qu’il faut une contribution des populations à la vigilance collective pour signaler les contrevenants.

Si on ne trouve pas une forme plus pacifique dans le respect de l’État de droit pour faire participer les populations à sa propre sécurisation ; nous courrons le risque que cette même population se rende justice un jour. Et quand ça arrive, il y a forcément des débordements.

Les mauvaises habitudes ont la peau dure et il faut beaucoup de temps pour s’en débarrasser. La mise en oeuvre de ces actions devraient se faire sur une longue durée afin d’inculquer de nouvelles mais bonnes habitudes aux usagers.

Je sais que de nos jours, avec les flux massifs d’informations venant de partout, peu prennent le temps de vraiment lire. Ils “butinent” juste sur les titres, regardent les photos, vidéos et ne lisent pas vraiment pour s’informer, se former, s’éduquer, etc. Si tu as pu lire mon article au point de lire ce paragraphe, c’est que tu fais partie de ce petit pourcentage de gens qui lisent, qui s’informent, qui se forment, qui s’éduquent ; bref qui grandissent, qui font grandir les autres et font avancer les choses. Ne ne sommes pas nombreux crois-moi. Mais notre oeuvre est immense. Alors fais-le savoir en laissant un commentaire en bas ! Ce petit geste qui te prendra quelques secondes ou minutes pour moi est d’une valeur inestimable : la considération. N’oublie pas aussi de souscrire à ma Newsletter en cliquant ici : http://bit.ly/2ASitrv

Votre avis après la lecture de l’article m’intéresse. Pouvez-vous prendre quelques minutes en extra pour remplir ce formulaire. Je vous serai tellement reconnaissant. Cliquez simplement ici : https://forms.gle/2w78CmrBgX6qUfAt5

bzo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s